Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

LEVENGEURMASQUE
levengeurmasque

Politiquement incorrect

Cheminot en colére de la politique libérale en France et ailleurs.

Des articles intéressants trouvés sur la toile, je n'ai aucune prétention journalistique, je laisse ça a ceux qui savent le faire.

Ah oui j'allais oublier, j'aime pas l'UMP et les ultra-libéraux.

"Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît." Michel Audiard

@

Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- LES PREDATEURS DANS LE MONDE
- COUP DE BOULE
- UE, MEDIA, MEDEF
- POLITIQUE A LA FRANCAISE
- VIDEOS ET PHOTOS EN VRAC

5 DERNIERS ARTICLES
- Comment comprendre les agissements de certains
- vidéo pour les voyageurs
- Proglio (les copains et les coquins))
- Blog de Jacques (liens)
- Grippe A : Effets indésirables violents
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- Voyage de Sarko au Mexique, un cadeau empoisonné
- Comment comprendre les agissements de certains
- Au fait, combien gagne un sénateur ?
- Proglio (les copains et les coquins))
- vidéo pour les voyageurs
- le début de l’effondrement de "l’Empire américain"
- Rappel du cout de la guerre en Irak
- L'EXPLICATION
- Grippe A : Effets indésirables violents
- Blog de Jacques (liens)

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102030405
06070809101112
13141516171819
20212223242526
2728293031
<< Août >>

BLOGS FAVORIS
1.Sud-rail-cerbere
2.Las-ocas-cerbere
3.Archive-sergio-rosem
Ajouter levengeurmasque à vos favoris

LIENS FAVORIS
- denver limousine
- denver limo
- denver limousine
- streaming vf
- one piece streaming
 L'Europe et l'UMP : même pas un coup de rosé Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

La blogosphère est en émoi : l’UMP n’affiche aucun programme pour les Européennes. Ils ont raison ! Pourquoi faire un projet politique alors qu’il suffit de lancer des phrases…

Tiens ! Un coup de Turquie. Pierre nous montrait, l’autre jour, comment la Turquie était subitement rentrée dans le débat alors qu’elle n’a rien à voir avec ces élections. Agiter un épouvantail…

C’est avec ce genre de pratique qu’on éloigne les citoyens de l’Europe. En milieu d’après-midi, je relayais la « pétition du rosé ». D’après ce qu’on voit dans la presse et pour résumer, l’Europe autoriserait la production de rosé en mélangeant du rouge et du blanc, ce qui est évidemment contraire à nos pratiques viticoles. Ce qui arrive dans l’esprit des gens (ce n’est pas péjoratif, je fais partie de ces gens !), c’est tout simplement que la bande de technocrate de Bruxelles ont encore inventé un truc au nom de je ne sais quel principe…

Il n’en est rien. Michel Barnier, Ministre de l’Agriculture et patron de la campagne de l’UMP pour les Européennes, agite ses petits bras, mais le gouvernement Français, donc le Ministre de l'Agriculture, est « complice » de cette décision, prise le 27 janvier, en ne s’y opposant pas.

Amis viticulteurs, avant de voter UMP, réfléchissez bien…

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 15-04-2009 à 12h31

 Patrons: les nouvelles du front Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

L'ancien directeur financier de Natixis

(9 mois de présence) empocherait 1,3 millions d'euros de primes de départ. La banque, filiale commune des Banques Populaires et des Caisses d'Epargne, a perdu 2,8 milliards d'euros en 2008. Jean-Pascal Beaufret a pris ses fonctions le 14 février 2008 puis partir fin novembre de la même année. Chaque semaine, un ou plusieurs cas similaires sont révélés au public, provoquant incompréhension et colère.


Ceux qui ne connaissent pas la crise...

Le vice-président de GDF-Suez a vu sa rémunération augmenter 458 239 euros en 2007 à 1,297 million d'euros en 2008, soit une hausse de 183 %, grâce à une décision du Conseil d'administration du 9 août dernier. Ce conseil a motivé sa décision par un souci d'ajustement par rapport au marché (le CAC 40). Son président, Gérard Mestrallet, a gagné une rémunération totale de 3,2 millions d'euros, en hausse de 15 % par rapport à 2007. Tous les les deux ont dû renoncé à une attribution de stock-options.

Franck Riboud, PDG de Danone, est le patron le mieux payé du CAC 40 : en 2008, il a gagné 4,3 millions d'euros (+6,9% versus 2007). Il est suivi de près par Jean-Paul Agon, PDG de l'Oréal (3,5 M d'euros).

Le patron de France Télécom, Didier Lombard, a gagné 10% de mieux en 2008 qu'en 2007 : 1,65 millions d'euros, la 14ème place du classement du CAC40.

Christophe Margerie, PDG de Total, a gagné 2,8 millions d'euros en 2008 (+5,4%).


... Et ceux qui la voient passer

Mais François-Henri Pinault, groupe PPR, a réduit son salaire de 58% en 2008 (1 million d'euros).

Coté banquiers, le tableau n'est pas toujours rose. Baudouin Prot, PDG de BNP Paribas, a perdu 72% de sa rémunération en 2008 par rapport à 2007 : 946 000 euros contre plus de 3 millions un an avant.
George Pauget, son collègue directeur général du Crédit Agricole, a gagné 920 000 euros en 2008, soit 40% de moins qu'en 2007.

Carlos Goshn, le PDG de Renault, a gagné 1,2 millions d'euros en 2008, en baisse de 54% versus 2007.

Jeudi 9 avril, Sophie de Menthon, présidente du comité d'éthique, a démissionné de cette instance mise en place il y a un an par Laurence Parisot au MEDEF pour "moraliser les pratiques patronales en matière de rémunération".

sarkofrance.blogspot.com/patrons-les-nouvelles-du-front.html

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 12-04-2009 à 14h46

 UIMM, patrons pourris, vérité et révélations Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 


Alors que Le Parisien a révélé une double affaire — un compte suisse et une «réserve» de 100 millions d'euros —, personne, au Medef, n'est bien sûr au courant...


Ils ne savent rien. Rien de rien. Laurence Parisot, présidente du Medef, n'en a, promet-elle, jamais entendu parler. Frédéric Saint-Geours, dirigeant de l'Union des industries et métiers de la métallurgie, n'en connaissait pas, jure-t-il, l'existence. Même Denis Gautier-Sauvagnac, son prédécesseur à la tête de la principale fédération patronale, mis en examen pour «abus de confiance» dans l'affaire des retraits d'argent en liquide sur les comptes de l'UIMM, se paie le luxe de faire dire, par le biais de son avocat, qu'il en ignorait absolument tout et qu'il ne s'en explique pas la raison d'être.

Chez PSA, l'un des acteurs les plus importants des organisations professionnelles de la métallurgie et, on s'en souvient, bien placé au palmarès des ultimes bénéficiaires de la caisse «antigrève» de l'UIMM (le constructeur automobile a reconnu avoir touché, à l'issue du long conflit social à Aulnay en 2007, 550.000 € du fonds dit d'«entraide professionnelle des industries de la métallurgie» ou Epim), on «tombe des nues», paraît-il.

Révélée mardi par Le Parisien, la double affaire du compte suisse et du magot de plus de 100 millions d'euros de «réserves» détenus par le GIM (Groupe des industries métallurgiques de la région parisienne), l'une des branches les plus importantes de l'UIMM, relance le grand bal des amnésiques du petit milieu patronal.

À Neuilly, l'UIMM roule sur l'or

Après le déclenchement du scandale, fin 2007, l'UIMM a dû admettre qu'elle disposait de plus de 600 millions d'euros de trésorerie émanant, selon elle, des excédents de sa «caisse antigrève». Et aujourd'hui, d'après les informations de nos confrères confirmées depuis par Étienne Bernard, le président du GIM depuis 2004, cette structure territoriale de l'UIMM, sise dans un immeuble cossu de Neuilly-sur-Seine et comptant parmi ses adhérents quelques-unes des plus grandes entreprises industrielles françaises implantées en Île-de-France (Renault, PSA, Dassault, EADS, Areva, Thales, Safran, IBM, etc.), bénéficie de fonds propres évalués à 112 millions d'euros. Ce qui équivaut, pour cette «simple» déclinaison locale d'une «banale» fédération patronale, à une trésorerie plus de trois fois supérieure au budget annuel de fonctionnement déclaré par le Medef lui-même...

Autre élément de ces révélations, les barons de la métallurgie de la région parisienne réunis au sein du GIM ont, admettent-ils aujourd'hui, tablé sur le secret bancaire en Suisse. Selon eux, au printemps 1968, dans le contexte pour le moins agité des grèves ouvrières et du mouvement étudiant, une opération confidentielle aurait conduit les têtes pensantes du GIM à «mettre suffisamment d'argent à l'abri pour pouvoir repartir de zéro, là-bas (à Genève - NDLR), si la maison tombait en France». Et ce n'est qu'à la fin de l'année dernière que le GIM se serait décidé à clôturer ce compte secret en Suisse. D'après Étienne Bernard, interrogé mardi par Le Parisien, il n'était plus doté que de 3 millions d'euros et il «n'a fait l'objet d'aucun mouvement, ni dépôt ni retrait, depuis au moins dix ans». Dans l'édition d'hier, Jean-Loup Giros, président d'honneur du GIM et ancien trésorier de la Fédération des industries mécaniques (FIM), affirme, «faute d'avoir réussi à convaincre Étienne Bernard de la nécessité de rapatrier ces fonds», avoir pris seul ses responsabilités à l'hiver 2008 : «J'ai moi-même rapatrié l'argent déposé en Suisse en novembre dernier», lance-t-il. Au passage, Jean-Loup Giros admet sans fard en avoir transporté une partie en liquide.
 
ARTICLE TROUVE SUR ACTUCHOMAGE

=> Lire tout l'article de L'Humanité

  Lire les 3 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 12-04-2009 à 14h00

 Parachutes dorés pour les commissaires européens ? Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

émoluments des commissaires

Les indemnités de départ des commissaires sont-elles trop généreuses ? Critiques infondées selon l’exécutif européen qui défend son système de rémunération. Précisant que le règlement a été fixé par les Etats membres.

Les polémiques entourant la rémunération des grands patrons n’épargnent personne, pas même la Commission européenne qui a dû à son tour lundi s’expliquer sur les modes de rémunération de ses commissaires et de son président José Manuel Barroso.

Le bâton de dynamite ? Une étude livrée le 21 mars par le think thank britannique Open Europe qui calcule que les commissaires pourraient empocher, chacun, jusqu’à 1 million d’euros en quittant leur poste. Cela en cumulant notamment une indemnité transitoire, perçue trois ans durant après leur départ, ainsi que leurs droits à la pension.

Le total se monte à "23 millions d’euros", selon le think tank, qui se base sur le nombre supposé de commissaires en partance, soit vingt commissaires

Grasses et maigres

Parachutes dorés ? L’accusation est arrivée aux oreilles de l’exécutif européen, qui réfute. D’abord, "c’est un règlement voté par les Etats membres qui fixe les émoluments des commissaires", précise Valérie Rampi, porte-parole du commissaire Siim Kallas, en charge de l’Administration. Et ce règlement ne fait que reprendre "les règles qui s’appliquent à la fonction publique en Europe", en l’occurrence aux plus hauts postes. Ainsi, pour les émoluments, l’on partira "du salaire de directeur général et ce sera pour un commissaire 112 pc de ce salaire, 125 pc pour un vice-président et 138 pc pour le président".

Soit 19909 euros mensuels pour un commissaire, 22122 euros pour les cinq vice-présidents et 24 422 euros pour le président (sans les loyers et frais divers, pris en charge par ailleurs). Mais "c’est du brut", précise la Commission.

Quant aux indemnités, elles sont versées trois ans durant pour permettre aux sortants de mieux vivre la recherche de travail - les commissaires ne peuvent pas occuper certains postes dans le privé après leur mandat pour éviter les conflits d’intérêt -, sans différences de salaires trop brutales. Les commissaires reçoivent donc une indemnité allant de 40 à 65 pc du salaire brut de base - en fonction de la durée de leur mandat. Cette indemnité (au maximum à 9550 euros par mois), "est imposable" et "n’est pas du tout cumulable avec la retraite, contrairement aux affirmations", ajoute Valérie Rampi. Elle est par ailleurs "plafonnée" et ajustée au moment de la reprise d’un emploi. Dès lors, cumulée au nouveau salaire, elle ne peut "dépasser le montant de l’ancien salaire" du commissaire.

On ne peut donc "comparer banquiers et commissaires", poursuit Valérie Rampi, qui insiste encore sur le fait que les salaires suivent "l’évolution des grilles de la fonction publique nationale d’un échantillon de pays". E t que "la méthode garantit que nous partageons les périodes de vaches grasses comme celles de vaches maigres", comme l’a indiqué le porte-parole de M. Barroso.

S.P. (avec AFP)

www.lalibre.be/actu/europe

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 06-04-2009 à 19h55

  Réunion crise au medef Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

www.lesmotsontunsens.com/

Stock-options et autres parachutes dorés sont dans le viseur des autorités. Rien ne va plus pour les patrons. D'où cette réunion de crise au MEDEF.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 31-03-2009 à 05h37


|<< <<<  1   2  | 3 |  4   5   6   7   8   9   10   11   12  >>> >>|

Catégorie :
 

SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 16-04-2006 à 08h39 | Mis à jour le 02-05-2010 à 02h38 | Note : 8.26/10