Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

LEVENGEURMASQUE
levengeurmasque

Politiquement incorrect

Cheminot en colére de la politique libérale en France et ailleurs.

Des articles intéressants trouvés sur la toile, je n'ai aucune prétention journalistique, je laisse ça a ceux qui savent le faire.

Ah oui j'allais oublier, j'aime pas l'UMP et les ultra-libéraux.

"Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît." Michel Audiard

@

Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- LES PREDATEURS DANS LE MONDE
- COUP DE BOULE
- UE, MEDIA, MEDEF
- POLITIQUE A LA FRANCAISE
- VIDEOS ET PHOTOS EN VRAC

5 DERNIERS ARTICLES
- Comment comprendre les agissements de certains
- vidéo pour les voyageurs
- Proglio (les copains et les coquins))
- Blog de Jacques (liens)
- Grippe A : Effets indésirables violents
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- Voyage de Sarko au Mexique, un cadeau empoisonné
- Comment comprendre les agissements de certains
- Au fait, combien gagne un sénateur ?
- Proglio (les copains et les coquins))
- vidéo pour les voyageurs
- le début de l’effondrement de "l’Empire américain"
- Rappel du cout de la guerre en Irak
- L'EXPLICATION
- Grippe A : Effets indésirables violents
- Blog de Jacques (liens)

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
010203
04050607080910
11121314151617
18192021222324
252627282930
<< Juin >>

BLOGS FAVORIS
1.Sud-rail-cerbere
2.Las-ocas-cerbere
3.Archive-sergio-rosem
Ajouter levengeurmasque à vos favoris

LIENS FAVORIS
- denver limousine
- denver limo
- denver limousine
- streaming vf
- one piece streaming
 Bague de Rachida : Mougeotte à ses Lecteurs… Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 



Le Sarkopithèque



Rachida Dati cherche désespérément juges avec qui déjeuner


Rachida Dati a donné la consigne à son cabinet : lui trouver des magistrats avec qui s'afficher devant les photographes. Un beau coup de comm' en perspective, mais aucun juge ne veut la rencontrer…

La belle idée avait germé au sein du cabinet de Rachida Dati : pour montrer qu'entre la ministre et les magistrats, la confiance est loin d'être rompue, on allait lui organiser un déjeuner avec quelques juges. Histoire de photographier pour la postérité cet instant de sérénité, bien loin des reproches quotidiens que la magistrature, les syndicats de la corporation et la presse relaient à longueur de journée à Rachida Dati. Un beau coup de comm' en perspective, pas inutile à quelques semaines d'un remaniement ministériel annoncé !

JPG - 127.3 ko
© Nardo

Mais l'initiative a pris du plomb dans l'aile. Pour la deuxième fois en l'espace de quelques jours, les chefs de juridictions et de cours d'appel viennent de recevoir des consignes. Cette fois-ci, il leur est demandé de désigner eux-mêmes à la place Vendôme des noms de juges, histoire de mettre le couteau sous la gorge des imprudents qui oseraient refuser l'invitation. Obligation leur est faite de renvoyer leurs listes avant la fin de cette semaine.

Les syndicats de magistrats boycottent Rachida Dati

Vendredi 28 novembre, Bakchich avait raconté comment les chefs de cours devaient tenter de trouver des volontaires pour se rendre à la Chancellerie partager un bon repas avec la garde des Sceaux, devant l'objectif des photographes. Le « off » publié par Bakchich s'est, paraît-il, retrouvé sur le réseau Intranet du ministère, et a fait se gondoler la magistrature. Notre site est plus drôle à parcourir que le Code pénal, n'est-ce-pas mesdames et messieurs les magistrats ?

Aux juges qui se demandent pourquoi une telle invitation leur est lancée, il leur est répondu que la ministre souhaite évoquer le rapport sur la réforme de la justice des mineurs qui doit être publié ce jour. Mais, prudents, les magistrats ont flairé le traquenard. « En près de 30 ans de métier, je n'ai jamais vu ça », soupire un juge interrogé par Bakchich. « Avant, c'était un honneur que de rencontrer le ministre. Aujourd'hui, personne ne veut la voir. C'est effrayant ». Les principaux syndicats, l'Union syndicale de la magistrature et le Syndicat de la magistrature, alliés en cette occasion, suggèrent à leurs adhérents de refuser toute invitation par la ministre qui peine de plus en plus à exister en Sarkozie, comme Bakchich l'a – comme d'autres – souligné.

Muriel Josié, la juge à l'origine de l'interpellation du journaliste de Libération, qui a été soutenue par Dati, pourrait-elle au moins accepter l'invitation…

http://www.bakchich.info/


  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 05-12-2008 à 07h51

  Audiovisuel / TF1 : la saga des amendements UMP Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

  Audiovisuel / TF1 : la saga des amendements UMP continue !!!

Tout pour plaire... à TF1. Les élus UMP rivalisent d'audace en déposant des amendements tous plus favorables les uns que les autres aux chaînes privées. Le dernier en date vise à reculer l'horaire de diffusion du programme de première partie de soirée de France Télévisions, qui permettrait à TF1 de conserver ses spectateurs pendant la coupure "publicité"...

amendements UMP - TF1 - loi audiovisuel

Mercredi 19 novembre, en commission spéciale, l'UMP décidait de diviser par deux la taxe des chaînes privées, destinée à compenser le manque à gagner de France Télévisions suite à la suppression de la publicité. Un joli cadeau à TF1, en particulier, mais ce n'était pas assez.  Suppression de la publicité, autorisation d'un seconde coupure pub, réduction de la taxe des chaînes privées, nomination du président par le Président... tout est fait pour faciliter la vie des chaînes privées.

Sauf que depuis quelques temps, les dirigeants de ces entreprises commençaient à avoir un doute... Passés les moments d'euphorie liés aux premières projections budgétaires de ces mesures, certains ont commencé à réfléchir. Et à douter. Car la suppression de la publicité post-JT de France Télévisions aurait un effet secondaire loin d'être anodin : le programme de première partie de soirée des chaînes publiques débuterait plus tôt, vers 20h35... pile au moment du lancement de la publicité des chaînes privées. Le risque est grand que les spectateurs se tournent alors vers ces chouettes programmes le temps de la séquence pub. Aïe...

A l'UMP, on amende...

Mais qu'à celà ne tienne, l'UMP a toujours une solution aux problèmes de TF1. Devant le risque de baisse des revenus publicitaires, une dizaine de députés - il fallait au moins ça ! - ont proposé l'amendement salvateur : "Les créneaux libérés par les messages publicitaires sur les chaînes publiques seront dédiés à la diffusion de spots ayant pour thèmes : l'éducation sanitaire et sociale, le développement durable, l'instruction civique et citoyenne et l'Union européenne [...] à des heures de forte audience (tel que le créneau précédent le programme de première partie de soirée – entre 20h30 et 21h)". L'éducation sanitaire, le développement durable... Voilà de quoi calmer les ardeurs zappeuses de nos petits cerveaux disponibles.

Des petits dîners entre amis, chez Bouygues ?

Mais pourquoi donc insister sur TF1, quand toutes les chaînes privées sont concernées ? Le député socialiste Didier Mathus a récemment affirmé que l'amendement sus-cité des députés UMP avait été déposé au lendemain d'un dîner à la tour Bouygues ! Un scandale ? Non... un hasard malheureux certainement. L'audience de la chaîne est en berne, le chiffre d'affaires et les résultats nets baissent régulièrement, le cours de l'action a été divisé par 3 en deux ans, sa note vient d'ailleurs d'être dégradée par des agences de notation, à long terme... Mais n'y voyez aucun lien, surtout ! Pas plus que dans les quelques documents "gênants" qui ont filtré dans la presse... Ce cahier des charges de France Télévisions à la sauce TF1 envoyé à la commission Copé, cette lettre adressée par la direction de la chaîne à l'attention des députés UMP, leur demandant de réduire la nouvelle taxe, révélée par le Canard Enchaîné du jour.

Il semble tout de même étonnant que les troupes UMP déploient autant d'énergie à sauver une entreprise en train d'échouer, quand on connait le culte de la réussite de Nicolas Sarkozy...

"On attend maintenant le prochain amendement, celui qui nous obligera à diffuser des bandes-annonces pour TF1" explique sur "instants télé" un haut cadre de France Télévisions. Et pourquoi pas ? Deux députés UMP Jacques Myard et Lionnel Luca viennent de se déclarer favorables à la suppression du JT de France 3, qui fait "doublon" selon eux avec celui de France 2. Et tant pis pour les 5 millions de téléspectateurs réguliers (25% de parts de marché) de ce programme.

Et pourquoi ne pas supprimer France Télévisions, qui fait "doublon" avec TF1 ? Une idée...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 28-11-2008 à 19h52

 Nelly KROES, commissaire européen aux affaires Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Si vous ne connaissez pas Madame Nelly KROES, sachez que c'est une Hollandaise qui prend soin de vos intérêts de consommateur européen, puisqu'elle est Commissaire européen en charge de la Concurrence.


Sa désignation par le président portugais de la Commission José Manuel BARROSO a soulevé quelques interrogations et en particulier celle-ci : est-il raisonnable que cet administrateur de grandes multinationales soit en charge de la concurrence sur le marché européen, où il ne manquera pas de croiser ses amis patrons ? « Mais pas du tout, chers députés et citoyens européens, puisque Nelly KROES a promis qu'elle ne s'occuperait pas des dossiers où ses amis sont en cause… Pas d'autre question ? »

Elle est aussi membre du Parti Libéral. Voici ce que pensait Pierre BILGER, qui n'est ni un dangereux populiste ni un altermondialiste irresponsable, des propos tenus par Nelly KROES dans les Echos du 26 janvier 2005 :

« On y retrouve, sans surprise et avec regret, la tonalité classique de la vulgate archéo-libérale sans qu'il soit tenu aucun compte des préoccupations de ceux, de plus en plus nombreux en Europe, qui pensent que l' interprétation strictement négative de certaines des règles d'origine de l'Union Européenne, compromet le développement à moyen et long terme de son économie. Limiter systématiquement les aides d'Etat sans se préoccuper de leur utilité ou de leur efficacité, freiner les concentrations par principe, condamner les "champions" industriels nationaux ou européens, seuls à même de maintenir  une concurrence réelle au niveau mondial face aux géants américains hérités de l'histoire, constituent  des indices parmi d'autres de cette idéologie destructrice. » (blog de Pierre BILGER, 27 janvier 2005)

En juin 2006, Nelly KROES est accusé d'avoir des relations d'affaires douteuses avec des promoteurs immobiliers, dont un certain Jan Dirk Paarlberg soupçonné par la justice depuis 2004 d'être lié à un organisation criminelle dirigée par le businessman Willem Holleeder, lui-même accusé d'avoir commandité 20 règlements de comptes, de blanchiments et d'extorsion.

La presse est vraiment médisante et surtout incapable de voir le côté positif des choses : avec des relations aussi qualifiées dans la résolution définitive des affaires, le consommateur européen peut être certain que ses intérêts seront bien défendus. Le business va pouvoir reprendre dans le silence.

Alexandre Anizy

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 17-11-2008 à 13h01

 Rémunération des patrons, MERDEF et bonne conduite Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Rémunération des patrons : le MEDEF recycle ses codes éthiques et la majorité s'aplatit.


Mardi, au Sénat, la majorité a refusé d'examiner une proposition de loi sur les rémunérations des dirigeants de société. Raison invoquée : le MEDEF a proposé un code de bonne conduite. Ça devrait suffire... sauf que le MEDEF propose ce genre de "codes éthiques" depuis des lustres. Au mot près... ou presque.

MEDEF code éthique de bonne conduite

"C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases"

Curieux, aussi, ce besoin de faire des phrases chez les parlementaires de la majorité, sans jamais les concrétiser par des actes. Résumons. Depuis plusieurs années, tout le monde se plaint des patrons, de leurs rémunérations exorbitantes, de leurs parachutes dorés injustifiés. Sarkozy, Bertrand, Fillon, Lefebvre... n'ont de cesse de crier au scandale. Mais depuis deux ans, rien n'est fait. Et depuis deux ans... les scandales de rémunérations excessives et souvent injustifiées (salaires, parachutes dorés, stock-options ou retraites chapeau) se succèdent à une vitesse vertigineuse.

"Il est interdit d'interdire"

Mardi, l'occasion s'est présentée. Le groupe socialiste du Sénat a présenté une proposition de loi "visant à réformer le statut des dirigeants de sociétés et à encadrer leurs rémunérations". Ce texte proposait notamment :

  • Pour éviter les stock-options gargantuesques... de limiter leur montant au niveau des rémunérations fixes des dirigeants d'entreprise
  • pour éviter les délits d'initiés... de planifier les cessions d'actions et d'options au moment de leur attribution
  • pour plus de transparence... de faire siéger un représentant du personnel dans les conseils d'administration
  • pour plus de justice... d'instituer une procédure de recours collectif en responsabilité des dirigeants de sociétés
  • pour moins d'injustice... de fiscaliser (toutes) les indemnités de départ

Point trop n'en faut

Rien de choquant, donc. Même plutôt en conformité avec les dernières déclarations outrées de Laurence Parisot et de Nicolas Sarkozy. Les Pays-Bas ont d'ailleurs récemment voté une loi similaire. L'Angleterre et l'Allemagne ont aussi légiféré pour contraindre les patrons qui bénéficient de prêts d'Etat à assouplir leurs revendications salariales. Mais en France, la commission des lois du Sénat a donc refusé la discussion, la renvoyant aux calendes grecques, au motif que le MEDEF propose une charte éthique sur le sujet. Charte qui se contente de demander aux patrons de limiter leurs excès, sans aucun objectif chiffré et sans aucun moyen coercitif.

Le hic, c'est que ce genre de "charte" n'est pas une nouveauté, au MEDEF. En 2002, Le "rapport Bouton", du nom de l'ancien PDG de la Société Générale (sic), proposait déjà quelques propositions pour "améliorer encore les pratiques du gouvernement d'entreprise". Mais le meilleur est ce rapport du Comité d'Ethique du MEDEF de mai 2003, intitulé "la rémunération des dirigeants d'entreprise, mandataires sociaux".

Beau comme l'antique

Dès l'introduction, le ton est donné, le MEDEF n'a pas "attendu l'agitation médiatique actuellerecommandations", parmi lesquelles le fait que "la rémunération accordée doit toujours être justifiée et justifiable au regard de critères pertinents". Patrons, tremblez ! Car "la politique des rémunérations doit donc être mesurée, équilibrée, équitable et renforcer la solidarité à l'intérieur de l'entreprise". Le rapport met aussi en garde, de façon prémonitoire peut-être, contre "la possibilité de gains démesurés [qui] amène à perdre le contrôle de la réalité. Quand il y a absence de limite, on échappe à la matérialité. Les scandales récents l'ont encore démontré. L'éthique exige mesure et maîtrise". D'où la nécessité de calibrer les rémunérations sur les résultats, insiste à plusieurs reprises le rapport.

En 2003, le MEDEF avait donc pris la mesure du problème concernant ces rémunérations exorbitantes, et souvent injustifiées. Et depuis 2003 ? Des chartes éthiques, des codes de bonne conduite, des recommandations, qui n'auront donc servi à rien. Comme un code de la route, sans le gendarme pour le faire appliquer. "L'inutilité totale est le degré suprême du luxe" disait Barjavel...

les mots ont un sens

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 08-11-2008 à 05h24

 UE, passage en force pour la culture des OGM Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Union Européenne : des réunions secrètes pour faire passer les OGM en force


Ce dimanche, The Independent On Sunday révèle un scandale au niveau européen. Les dirigeants des 27 pays de l'Union Européenne se réunissent en secret pour accélérer les processus d'autorisation des cultures OGM, contrer les opposants, et rassurer les populations en faisant intervenir les représentants de l'industrie. L'artillerie lourde est de sortie...

réunions secrètes ogm europe

Dimanche 26 octobre 2008, The Independent on Sunday nous livre la synthèse de quelques documents confidentiels plutôt étonnants. Des réunions secrètes ont été convoquées par Jose Manuel Barroso, président de la Commission européenne et présidées par son chef de cabinet, Joao Vale de Almeida. A la demande de Barroso, chaque Premier Ministre des 27 a nommé un représentant spécial. Pour la France, il s'agirait d'un "collaborateur proche" de Nicolas Sarkozy. Au menu de ces petites sauteries privées, un sujet urgent et hautement stratégique : trouver les moyens d'accélérer la culture des OGM et de persuader les citoyens européens de les accepter.

Court-circuiter le Conseil des ministres et contourner le blocage "démocratique"

En Europe, actuellement, les populations y sont majoritairement opposées, même dans les pays qui les autorisent, comme l'Espagne. Ce qui force les gouvernements à bloquer certaines décisions au niveau du Conseil des ministres. Mais la Commission Européenne n'est pas tenue de demander leur avis aux gouvernements, ni aux députés européens. Elle n'est pas tenue non plus de s'expliquer devant aucune juridiction, c'est aussi cela, l'Europe ! La Commission Européenne va donc imposer ses choix, comme elle en a le droit. Et ces réunions confidentielles sont destinées à arrondir les angles.

Les vampires de la commission européenne

Les industriels à la manoeuvre, Monsanto en tête

Les conclusions de ces réunions montrent clairement que les 27 souhaitent "accélérer le processus d'autorisation en se basant sur des évaluations solides, afin de rassurer l'opinion publique". Et la meilleure façon de rassurer l'opinion publique, pour nos dirigeants, est d'inciter les représentants de l'agriculture et de l'industrie – exemple au hasard, Monsanto – à se faire d'avantage entendre pour contrer les écologistes. Et les documents livrent, pour finir, quelques conseils courtois : pour "s'occuper au mieux de l'opinion publique", il faudrait "un dialogue non passionnel et basé sur les normes très élevées de la politique OGM de l'Union européenne". Barroso, lui-même, y insiste d'ailleurs sur "le rôle de l'industrie, des partenaires économiques, de la science pour participer activement à un tel dialogue", pour rassurer des "citoyens qui se sentent mal informés". Car, ajoute-t-il, le débat "ne devrait pas être laissé à certains groupes qui y trouvent un intérêt légitime mais matériel". Tout un programme.


Jusqu'à présent, l'industrie des biotechnologies reste sur la défensive. Ses arguments sont principalement que les OGM réduisent la consommation de pesticides et sont indispensables pour alimenter la planète. Des arguments qui tenaient tant que les cultures restaient confidentielles, mais qui, aujourd'hui, sont largement contestées. Il ne fait cependant aucun doute qu'avec des coachs de la trempe de Barroso et Sarkozy, les industriels sauront rebondir et trouver de nouveaux arguments pour nous rassurer... secrètement.

 ( Sources : The Independent, Amis de la terre)



  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 27-10-2008 à 09h46


|<< <<<  1   2   3   4   5  | 6 |  7   8   9   10   11   12  >>> >>|

Catégorie :
 

SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 16-04-2006 à 08h39 | Mis à jour le 02-05-2010 à 02h38 | Note : 8.26/10