Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

LEVENGEURMASQUE
levengeurmasque

Politiquement incorrect

Cheminot en colére de la politique libérale en France et ailleurs.

Des articles intéressants trouvés sur la toile, je n'ai aucune prétention journalistique, je laisse ça a ceux qui savent le faire.

Ah oui j'allais oublier, j'aime pas l'UMP et les ultra-libéraux.

"Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît." Michel Audiard

@

Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- LES PREDATEURS DANS LE MONDE
- COUP DE BOULE
- UE, MEDIA, MEDEF
- POLITIQUE A LA FRANCAISE
- VIDEOS ET PHOTOS EN VRAC

5 DERNIERS ARTICLES
- Comment comprendre les agissements de certains
- vidéo pour les voyageurs
- Proglio (les copains et les coquins))
- Blog de Jacques (liens)
- Grippe A : Effets indésirables violents
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- Voyage de Sarko au Mexique, un cadeau empoisonné
- Comment comprendre les agissements de certains
- Au fait, combien gagne un sénateur ?
- Proglio (les copains et les coquins))
- vidéo pour les voyageurs
- le début de l’effondrement de "l’Empire américain"
- Rappel du cout de la guerre en Irak
- L'EXPLICATION
- Grippe A : Effets indésirables violents
- Blog de Jacques (liens)

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102
03040506070809
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
<< Juillet >>

BLOGS FAVORIS
1.Sud-rail-cerbere
2.Las-ocas-cerbere
3.Archive-sergio-rosem
Ajouter levengeurmasque à vos favoris

LIENS FAVORIS
- denver limousine
- denver limo
- denver limousine
- streaming vf
- one piece streaming
 Délocalisations et Mondialisation Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

La mondialisation libérale consiste principalement en la suppression de toute entrave à la circulation des marchandises et des capitaux, rendant possible les délocalisations, les chantages à l'emploi, et les profits sans précédent des multinationales. Au risque de causer la désindustrialisation et le déclin géopolitique des pays occidentaux...

Faire baisser le "coût du travail"

Pour maximiser le profit des entreprises, la solution la plus facile et la plus efficace est de faire baisser le "coût du travail". Il existe d'autres moyens pour accroître les profits (l'innovation, la recherche et développement...), mais leurs résultats sont incertains et ne peuvent être obtenus qu'à long-terme, alors que la réduction du "coût du travail" permet de générer une augmentation des profits de façon certaine et immédiate.

La baisse du "coût du travail" est obtenue en réduisant les salaires et les charges sociales, et en augmentant le temps de travail.

Et pour que les salariés acceptent des conditions moins avantageuses, il est nécessaire d'augmenter la concurrence sur le marché du travail.

Le but central de la mondialisation: augmenter la concurrence sur le marché du travail

Les délocalisations et les chantages à l'emploi ont révélé l'objectif principal de la "mondialisation": instituer un nouvel esclavage en mettant en concurrence directe les salariés de tous les pays, grâce à la suppression des barrières douanières et des restrictions à la circulation des capitaux.

A travers une série d'accords internationaux (établis depuis 1995 dans le cadre de l'OMC), cette déréglementation a permis aux multinationales de dissocier totalement le lieu de production du lieu de vente, en délocalisant les usines en Chine pour vendre les produits en Amérique du Nord ou en Europe, là où se trouvaient les consommateurs et le pouvoir d'achat.

Au début, les délocalisations ne concernaient que les emplois industriels. Aujourd'hui, elles touchent tous les secteurs, y compris le tertiaire (comptabilité, services informatiques, call-centers...) la haute technologie, ou la recherche et développement.

Les délocalisations continueront tant que les entreprises auront le moindre profit à y gagner, c'est à dire tant que le salarié européen ou nord-américain n'aura pas accepté les mêmes conditions que le salarié chinois, en travaillant 70 heures par semaine, 6 jours sur 7, avec une semaine de vacances par an, sans protection sociale, le tout pour un salaire de moins de 150 euros par mois.

Certains espèrent qu'avec le temps, les salaires des pays émergents rejoindront ceux des pays occidentaux. Mais cet espoir est illusoire tant que l'absence de démocratie dans les pays émergents empêche toute revendication sociale pour l'amélioration des salaires et des conditions de travail. De même, tant que la surpopulation assure une surabondance de main d'oeuvre disponible, l'égalisation des conditions de travail et des salaires ne peut se faire que par le bas.

Cette baisse massive et durable du coût du travail pour les entreprises rend moins utiles les investissements dans la robotisation des moyens de production, les esclaves coûtant encore moins cher que les robots. Ainsi, les usines délocalisées en Europe de l'Est ou en Chine ressemblent aux usines des années 70, avec un retour au travail à la chaine des ouvriers.

Paupérisation et enrichissement

La paupérisation des consommateurs occidentaux pourrait sembler être un mauvais calcul de la part des multinationales, car au bout du compte, la baisse des revenus entraînera l'effondrement de la consommation. Mais en réalité, dans les prévisions des multinationales, la consommation globale ne sera pas affectée. Tout d'abord parce que l'appauvrissement des classes moyennes est compensée par un enrichissement sans précédent des "classes supérieures" qui profitent à plein du libéralisme. Ces 10 dernières années, pendant que les classes moyennes s'appauvrissaient, le revenu des 1% les plus riches n'a jamais autant augmenté. Ce que les uns ont perdu, les autres l'ont gagné, selon le principe bien connu des vases communicants.

Par ailleurs, la baisse de la consommation des classes moyennes en Occident est équilibrée par l'accroissement massif du nombre de consommateurs dans les pays émergents. Même si les revenus y sont faibles, cette faiblesse est compensée par le nombre (la population additionnée de l'Inde et la Chine est de 2,2 milliards d'habitants).

Le prix écologique de la mondialisation

L'intensification de la circulation des marchandises d'un continent à l'autre entre les lieux de fabrication, d'assemblage et de vente se fait au prix d'un accroissement considérable des transports (par avions, bateaux, ou camions) et donc de la pollution au CO2. Une pollution également accrue par l'entrée des pays émergents dans l'âge industriel et la "société de consommation", avec la généralisation de la voiture et du mode de vie occidental polluant.

Outre la pollution globale au CO2, les pays émergents payent au prix fort les conséquences écologiques de leur croissance économique effrénée. Les pollutions causées par les accidents industriels se multiplient en Chine, où les habitants des villes portent souvent des masques, protection dérisoire contre une pollution de l'air qui tue 400.000 chinois chaque année.

Epuisement et dépression collective des citoyens occidentaux

Pendant que la Chine ou l'Inde faisaient des efforts massifs et continus pour l'éducation de sa population et utilisait l'argent public de façon optimale pour développer ses infrastructures et son industrie, les dirigeants des pays occidentaux comme les Etats-Unis et la France se sont ingéniés à abrutir leur population (pour la rendre plus facilement manipulable), à affaiblir les énergies individuelles, à saboter l'éducation et les services publics (pour justifier ensuite leur privatisation), et à dilapider et détourner l'argent public.

Au moment où les citoyens devraient redoubler d'imagination et de créativité pour relever le "défi de la mondialisation", ils sont épuisés, déprimés, vidés de leur énergie par leurs dirigeants qui n'ont cessé de les vampiriser et de les brimer (au nom de la "tolérance zéro").

L'avantage majeur dont disposait l'Occident jusqu'à présent était son avance dans les industries technologiques et culturelles. L'épuisement des énergies, l'abêtisation, et une société de plus en plus étouffante et répressive ont affaibli les capacités d'innovation et réduit les atouts des pays occidentaux, en voie d'être rattrapés puis dépassés par la Chine, l'Inde, et d'autres pays émergents.

Désindustrialisation et déclin de l'occident

Les délocalisations représentent un danger stratégique pour les pays occidentaux, en particulier pour les pays européens. L'affaiblissement des secteurs industriels entraîne à sa périphérie celui des "services à l'industrie", de la recherche et développement, et finalement des sièges sociaux qui tendront à se rapprocher des nouveaux centres de production et de consommation. Bientôt le savoir-faire ainsi que la capacité d'initiative seront perdus dans un ensemble de secteurs dont certains sont essentiels pour le rang que ces pays souhaitent occuper dans le monde. La puissance géopolitique et militaire repose sur la puissance économique et technologique. Une fois appauvris et désindustrialisés, les pays occidentaux devront renoncer à leur leadership mondial, au bénéfice des actuels "pays émergents", au premier rang desquels se trouvent la Chine et l'Inde.

Les Etats-Unis et surtout l'Europe de l'Ouest sont en voie de désindustrialisation (d'où la stagnation du PNB européen, avec une croissance inférieure à 2% par an contre 12 à 14% pour la Chine). Depuis 10 ans, les capitaux occidentaux se sont investis massivement en Chine, avec pour conséquence des infrastructures et un appareil productif vieillissant dans les pays occidentaux où les investissements ont manqué. Les villes et les usines des pays émergents sont souvent plus modernes que dans les pays européens désormais en voie de sous-développement, tandis que les anciens "pays en voie de développement" sont en train de devenir les pays riches des prochaines décennies. Bientôt, les rôles seront inversés, et les citoyens européens réduits à la misère deviendront les esclaves qui fabriqueront à bas coût les produits consommés en Chine.

L'ironie du sort, c'est que ce sont les "forces vives" du capitalisme (les entreprises) qui sont en train de transformer la Chine en superpuissance, alors que c'est la dernière grande dictature communiste de la planète.

Car la Chine est toujours dirigée par un parti unique, sans élections libres, et ses dirigeants ont toujours affirmé que la phase actuelle n'était qu'un moyen transitoire pour parvenir à la victoire du "socialisme".

Les dirigeants chinois ont parfaitement mis en pratique la stratégie des arts martiaux et de la sagesse orientale: utiliser la force de l'adversaire contre lui-même.

La Chine a analysé méthodiquement les faiblesses de l'Occident, en identifiant parfaitement le point faible principal, à savoir l'incroyable cupidité des multinationales et le dévoiement du pouvoir politique par les élites économiques.

Le 21è siècle sera donc asiatique, et les deux premières puissances économiques mondiales seront la Chine et l'Inde. Après avoir dillapidé leurs ressources dans les guerres, détestés du monde entier, les Etats-Unis seront sur la voie du déclin, sauf si ils décident une guerre nucléaire contre la Chine pour sauvegarder leur position dominante. Quant à l'Europe, elle est durablement affaiblie par un élargissement sans fin, par les délocalisations, et par l'impuissance économique volontaire des états.

Consommateurs irresponsables

Les délocalisations n'auraient pas été possibles sans l'inconscience et l'irresponsabilité des consommateurs qui achètent des produits sans se soucier des conditions de production et de leurs conséquences.

Les citoyens ont encore le moyen de mettre en échec les délocalisations en boycottant totalement les productions délocalisées, ce qui implique une grève quasi totale de la consommation de produits manufacturés (produits électroniques et informatiques, vètements, chaussures, articles de sport, de jouets, etc). Le lieu de fabrication est indiqué sur les produits. La mention "made in PRC" (signifiant "Popular Republic of China") est souvent utilisée pour dissimuler l'origine chinoise au consommateur non-averti.

Pour être efficace, cette grève doit avoir lieu tant que les consommateurs occidentaux représentent encore la part majoritaire du chiffre d'affaire des multinationales.

Restaurer les barrières douanières

Chaque pays est dans une situation différente, avec une culture et une histoire différentes. Il est donc normal que les systèmes sociaux soient différents. De même qu'une cellule est pourvue d'une membrane pour maintenir les conditions nécessaires à son milieu intérieur, la seule manière pour un pays de sauvegarder son système social est d'établir des barrières douanières, pour équilibrer les conditions économiques différentes des pays d'où proviennent les produits importés.

Il n'existe donc que deux solutions pour mettre fin aux délocalisations et au déclin industriel des pays occidentaux: l'alignement des conditions sociales sur celles en vigueur dans les pays émergents, ou bien, le rétablissement des barrières douanières proportionnellement aux différences de salaires, de droits sociaux, et de législation environnementale.

Dernier moment pour agir

La période actuelle est le dernier moment pour agir. Il n'y aura en effet plus de retour en arrière possible lorsque les machines, les capitaux, et le savoir-faire seront partis ailleurs. Il sera également trop tard lorsque la capacité d'action des états (et donc des citoyens) aura été totalement neutralisée par les accords multilatéraux, les traités européens, et surtout, par l'effet conjugué de l'endettement (dont le remboursement représente déjà le quart des dépenses de l'état en France) et de la réduction des recettes de l'état, du fait de la désindustrialisation et de l'appauvrissement des salariés.
 

© Syti.net, 2006



  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 08-05-2006 à 10h45

 La mort du dieu dollar. Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

http://www.oulala.net/Portail/index.php3

Une crise d'une ampleur gigantesque nous menace, et elle éclatera un jour ou l'autre. L'économie mondiale va basculer pour un temps, et chacun d'entre-nous sera touché durement. Elle est inéluctable et certains la voient commencer le 26 Mars 2006. Elle mettra en scène certains acteurs incontournables du monde moderne : Le pétrole, les Etats-Unis, et le sacro-saint dollar.

La grippe aviaire, le chickungunya, les tsunamis, le réchauffement de la planète, le sida, et le basculement des richesses vers des pays émergeants sont des fléaux qui nous rappellent combien cette époque peut être pénible. Nous, les occidentaux, avions vécu jusqu'ici relativement protégés et étions de fait des privilégiés, pourvu qu'une certaine croissance permettant de limiter le chômage était au rendez-vous. Mais tous ces problèmes ne sont rien en comparaison de la crise qui va nous frapper de plein fouet, quand le dieu dollar s'effondrera, entraînant à sa suite les Etats-Unis et des pans entiers de l'économie mondiale.

Il y a parité, pour tous les pays au monde, entre leur puissance économique et la valeur de leur monnaie, à l'exception d'un seul pays, les Etats-Unis. En 1944, avec les accords de Bretton Woods, le dollar est indexé à l'or et les monnaies du monde entier le sont au dollar. Les Américains arrivent à ce moment-là à faire croire au monde entier que le dollar est « aussi bon que l'or », et sa parité est de 35 dollars pour une once d'or. L'or est tabou aux Etats-Unis et il est illégal pour les citoyens américains d'en posséder. D'énormes stocks d'or américains (souvenez vous de Fort Knox), ont été accumulés pendant la seconde guerre mondiale puisque les Etats-Unis ont exigé de l'or en échange de leur contribution à la guerre, leurs ventes d'armes, et les indemnités payables par les vaincus. Autant pour les naïfs qui croient que les americains étaient venus se faire tuer pour les beaux yeux des Européens envahis par les nazis.

Dans les années 1960, la France et certains autres pays exigent de reconvertir leurs dollars en or. Les Américains restituent gentiment de l'or jusque 1971, jusqu'à ce que, dans un discours célèbre Richard Nixon, alors Président des Etats-Unis, déclare que 35 dollars ne valent plus une once d'or et que l'état américain ne remboursera plus d'or. Cette monumentale faillite déclarée est gobée allègrement par le reste du monde, qui accepte de facto que l'Amérique les a floués entre 1944 et 1971 en imprimant bien plus de dollars que la contre-valeur de leur puissance économique et de leurs stocks d'or. Bien entendu, cet énorme excédent en dollars a servi pendant 27 ans aux Américains pour acheter des produits et des actifs aux pays étrangers avec de la monnaie qui ne valait rien.

Leur manège éventé, les Etats-Unis font alors avaler une autre pilule au reste du monde, en convainquant les pays de l'OPEP, producteurs de pétrole, d'exiger uniquement des dollars en paiement de l'or noir. Cet accord est négocié en contrepartie d'une promesse de les défendre militairement en cas d'agression. C'est ainsi que tous les états du monde constituent des stocks pléthoriques de dollars US pour acheter leur pétrole et se garantir contre des variations de cours et des ruptures de stock. Tout comme ils l'avaient fait entre 1944 (Bretton Woods) et 1971 avec l'escroquerie dollar/or, les Américains entre 1971 et aujourd'hui (35 ans qui s'ajoutent aux 27 ans) font marcher de façon frénétique leur planche à billet vert. Et croyez-moi, ça y va ! Ils auraient tort de se gêner. Ça ne coûte aux Américains que le papier, l'encre, et les frais d'impression, et ça achète tout : Les biens fabriqués à la sueur des travailleurs du reste du monde, les énormes actifs immobiliers, industriels, et financiers, ça finance les guerres américaines, leur arsenal militaro-industriel, et tout ce que vous pouvez vous imaginer, y compris bien sûr le monumental déficit américain. Jusqu'à aujourd'hui ! Le reste des pays du monde ferme les yeux, pour protéger leurs exportations vers les Etats-Unis.

Tout comme l'exigence de la France dans les années 1960 de vouloir récupérer la contrepartie entre ses dollars détenus et l'or des stocks US avait révélé l'escroquerie numéro 1 des Etats-Unis, le jour où le pétrole pourra être acheté dans une autre devise, comme l'Euro, ou être payé avec de l'or, l'escroquerie numéro 2 des Américains éclatera à la face du monde.

En 2000, Saddam Hussein accepte de vendre son pétrole contre des Euros. L'escroquerie du XX ème siècle, qui perdure au XXI ème siècle, va être révélée au monde et va sonner le glas de la pseudo puissance économique américaine. Qu'à cela ne tienne, Bush va donner une leçon à l'Irak et dissuader quiconque accepterait de vendre son pétrole en Euros de le faire. Quelques jours après l'invasion, le pétrole irakien est de nouveau vendu en dollars, et Bush peut se vanter, sur le pont d'un navire de guerre, que sa mission est accomplie. On s'est moqué de lui, mais en fait il a fait son boulot de Président au service du grand capital américain et par extension envers son peuple. De la même manière, lorsque le Vénézuela avait menacé de faire la même chose, Chavez avait été victime d'une tentative d'assassinat orchestrée par la CIA.

L'Iran a annoncé qu'il créerait le 26 Mars 2006 une bourse pour les transactions de son pétrole (5 % du marché mondial), en Euros. En même temps, la FED annonce qu'à partir du 23 Mars 2006 l'indice M3, qui dévoile le montant des émissions nouvelles de dollars, ne serait plus publié. Deux coïncidences troublantes qui font craindre à beaucoup, qui en parlent sur l'Internet, le déclenchement d'une crise mondiale majeure. Bien sûr, les Américains tenteront de dissuader l'Iran, via Israël, avec une guerre fulgurante. Mais les Iraniens ont une armée de 800000 hommes et peuvent faire sauter le détroit d'Ormuz, où transite jusqu'à 80 % du pétrole mondial. Les cours du pétrole flamberaient, au-delà de 100 $ le baril, avec toutes les conséquences pour les économies mondiales.

Si la bourse de Téhéran permet le paiement des exportations de pétrole en Euros, alors que jusqu'ici la mainmise des Etats-Unis sur les deux seules bourses accréditées (New York et Londres) permettait de s'assurer que seul le dollar soit la devise des transactions, ce sera à terme la fin du dieu dollar. La fin de la suprématie du dollar entraînera la faillite des Etats-Unis et, pour un temps, les économies mondiales seront touchées. Le dollar représente 75 % des devises mondiales ! La bulle immobilière va éclater et les conséquences seront terribles pour chacun d'entre-nous, avant que la situation ne se stabilise à nouveau. Une situation assainie, plus juste, bien que le transfert des richesses mondiales vers les détenteurs de fonds américains leur procurent un avantage exorbitant.

Ceci dit, cette perspective de l'effondrement du dieu dollar réjouira une bonne partie de la planète. Finie la morgue et l'arrogance américaines, et finie l'escroquerie qui perdure depuis 1944, et qui permet à une minorité de privilégiés de s'approprier à peu de frais les richesses de la planète, en payant avec de la monnaie de singe.

Ashoka.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 20-04-2006 à 13h07

 REPRESSIONS CPE (pétition) Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Pour signer la pétition en ligne 

 

http://www.humanite.fr/petition/meta828136

 

 

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 16-04-2006 à 09h07


|<< <<<  196   197   198   199   200  | 201 | >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 16-04-2006 à 08h39 | Mis à jour le 02-05-2010 à 02h38 | Note : 8.26/10