Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

LEVENGEURMASQUE
levengeurmasque

Politiquement incorrect

Cheminot en colére de la politique libérale en France et ailleurs.

Des articles intéressants trouvés sur la toile, je n'ai aucune prétention journalistique, je laisse ça a ceux qui savent le faire.

Ah oui j'allais oublier, j'aime pas l'UMP et les ultra-libéraux.

"Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît." Michel Audiard

@

Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- LES PREDATEURS DANS LE MONDE
- COUP DE BOULE
- UE, MEDIA, MEDEF
- POLITIQUE A LA FRANCAISE
- VIDEOS ET PHOTOS EN VRAC

5 DERNIERS ARTICLES
- Comment comprendre les agissements de certains
- vidéo pour les voyageurs
- Proglio (les copains et les coquins))
- Blog de Jacques (liens)
- Grippe A : Effets indésirables violents
Sommaire

10 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- Voyage de Sarko au Mexique, un cadeau empoisonné
- Comment comprendre les agissements de certains
- Au fait, combien gagne un sénateur ?
- Proglio (les copains et les coquins))
- vidéo pour les voyageurs
- le début de l’effondrement de "l’Empire américain"
- Rappel du cout de la guerre en Irak
- L'EXPLICATION
- Grippe A : Effets indésirables violents
- Blog de Jacques (liens)

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
01
02030405060708
09101112131415
16171819202122
23242526272829
30
<< Avril >>

BLOGS FAVORIS
1.Sud-rail-cerbere
2.Las-ocas-cerbere
3.Archive-sergio-rosem
Ajouter levengeurmasque à vos favoris

LIENS FAVORIS
- denver limousine
- denver limo
- denver limousine
- streaming vf
- one piece streaming
 Indemnités imposables ! Chiche ! Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Jean-François_Copé.jpgSOURCE / je n'ai rien a dire et alors

J'avais fait un bref billet pour dire ce que je pensais de la volonté du gouvernement (en fait c'était Jean-François Copé) d'imposer les indemnités d'accident de travail.

Pour résumer, j'expliquais que dans la mesure où une indemnité avait vocation à réparer un préjudice, il n'y avait pas lieu de l'imposer. Et qu'imposer une indemnité était contraire à un principe du droit français depuis fort longtemps ... Malgré le fait que ce principe fût de plus en plus remis en cause.

Alors aujourd'hui je lis un article de 20 minutes où François Fillon est interviouvé et dans lequel je lis qu'un des arguments pour l'imposition est (je vous le donne émile dirait Coluche) :"pourquoi des indemnités de maternité seraient fiscalisées et pas des indemnités d'accident du travail?".

Alors effectivement, présenté comme ça, on ne peut que souscrire au soucis d'équité du Gouvernement !

Mais même si c'est l'égalité par le bas ??

Dans l'affirmative, je dis chiche et propose que les "indemnités parlementaires" soientintégralement (et pas en partie)imposables ! Or, à ce jour, les parlementaires ne sont imposables que sur leur indemnité de base et celle de résidence. Pas sur leur indemnité de fonction ...

ils en parlent sur les blogs, voir en dessous la liste des nombreux site ayant buzzé sur cette proposition voulue par la droite extrême.

chez elmone

torapamavoa

plume de presse

superno

CSP

les mots ont un sens

911nwo


 


p
  Lire les 2 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 30-09-2009 à 13h43

 Soutien à Olivier Bonnet Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Procès pour "injures publiques" : appel à la solidarité

Soutenez la liberté d’expression

mardi 29 septembre 2009, par Olivier Bonnet

Je serai jugé le vendredi 4 décembre à 13 h 30 devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour "injures publiques", poursuivi par le magistrat Marc Bourragué. Je conteste avec la dernière énergie m’être rendu coupable de ce dont il m’accuse et espère donc la relaxe. Déjà, 859 internautes ont signé la pétition en ma faveur et j’ai reçu, outre celui du député Jean-Louis Bianco, premier à se manifester publiquement à mes côtés, plusieurs soutiens à forte valeur symbolique. Mais en attendant, même si l’issue du procès était positive, il me faut payer les honoraires de mon avocat. Et je n’en ai pas les moyens. L’ancien gendarme Michel Roussel, confronté dans le passé à la même situation, a pris l’initiative de lancer un appel à la solidarité en ma faveur. Je l’en remercie infiniment et publie ci-dessous la lettre qu’il m’a adressée.

mrCher monsieur Olivier Bonnet,
Ancien directeur d’enquête de la cellule Homicide 31 chargée d’investiguer sur les agissements du tueur en série Patrice Alègre, j’ai vu cette affaire criminelle se transformer en affaire d’Etat au fur et à mesure de la survenue d’éléments nouveaux. Confronté à une situation inacceptable et refusant de participer à un véritable déni de justice, j’ai fait valoir mes droits à la retraite et j’ai rédigé un livre paru en janvier 2004 chez Denoël, Homicide 31. Dire et écrire la vérité est condamnable. Poursuivi par messieurs Baudis et Bourragué, j’ai été condamné pour « Violation du secret professionnel ».
Mentir sur une personne est aussi condamnable. J’ai fait condamner monsieur Baudis
mon encontre en attaquant son livre.
Bien sûr, toutes ces procédures et « guérillas » » n’ont pas le degré de gravité du coeur de l’affaire Alègre qui est la recherche de la vérité sur près de 200 cas de meurtres, suicides douteux, disparitions mystérieuses et inquiétantes, qui sont retombés dans l’oubli d’où certains souhaitaient qu’ils ne sortent jamais. Peine perdue, tout le monde sait aujourd’hui la gravité de la situation, même si peu à peu le boisseau s’est refermé. Alors pourquoi toutes ces poursuites et ces procès annexes ? Pour les uns, « ramener le silence dans les rangs » en châtiant les plumes et paroles libres et courageuses. Pour les autres, faire oeuvre de résistance devant des injustices flagrantes.
Et vous voici donc, cher Olivier Bonnet, à votre tour, sous le coup d’une plainte de Marc Bourragué.
Comme d’autres, j’ai une solide expérience en matière de poursuites qui visent essentiellement à asphyxier financièrement les « courageux bavards ».
couvJ’ai en mon temps (et vous faisiez parti du mouvement ) bénéficié d’un large élan de solidarité et de soutien de plusieurs centaines de Françaises et de Français que l’injustice révulse. Leur aide, y compris financière, m’a permis de faire front à plus d’une dizaine de procès (dont certains engagés par moi). Non quantifiable par contre, l’émotion ressentie lors de la lecture de dizaines de lettres…
Conséquence de cette solidarité des humbles encore et toujours attachés à des valeurs essentielles et fondatrices de notre république ? Le fait de rester « sur le terrain », directement engagé dans une action partisane au profit de causes justes. Petit gravier dans la chaussure d’un géant qui nous conduit vers une société de plus en plus déshumanisée qui laisse de nombreux citoyens sur le bord de la route pour lesquels l’accès à une simple justice élémentaire et équitable n’est plus garantie.
Si je suis « petit gravier » faisant oeuvre utile, vous en êtes un autre, cher Olivier. Aussi, si je vous suis reconnaissant pour vos écrits (parfois élogieux à mon égard), c’est plus par solidarité combattante que je me place à vos côtés pour faire front à l’attaque dont vous faites l’objet de la part de Marc Bourragué. Et comme l’argent est le nerf de la guerre, je joins à la présente un chèque qui vous aidera à passer le cap, à poursuivre votre action et vous permettra d’être toujours présent lorsque le jour de soulever le voile sur des mystères qui n’en sont pas, sera enfin venu.
Bien évidemment, le montant de ma contribution n’est pas suffisant pour faire face aux multiples frais que vous allez devoir assumer pour contrer l’attaque de Marc Bourragué. Aussi j’appelle à la solidarité à votre endroit, comme elle a pu se manifester à mon profit il y a quelques années. Préservons par notre solidarité votre (et notre) espace de liberté de parole et de réflexion.
L’exemple (le bon) vient toujours « d’en bas », j’en reste convaincu.
Bien cordialement.
Michel Roussel
pour diffamation à

chut !Le "slapping" judiciaire aura-t-il raison des blogueurs à la langue trop bien pendue ? Au-delà de mon cas personnel, tel est l’enjeu de ce procès. Frapper au portefeuille ceux qui n’ont pas derrière eux le soutien d’un grand média peut s’avérer une stratégie extrêmement dissuasive à l’encontre de tous les blogueurs. C’est en cela que je maintiens qu’il s’agit bel et bien d’une attaque contre la liberté d’expression.

Pour me soutenir, rendez-vous sur la page d’accueil du site et cliquez, dans la colonne de droite, sur le bouton Faire un don, via Paypal. Ou envoyez un chèque bancaire à Olivier Bonnet, 3, avenue de la Bourgade, 13610 Le Puy Sainte Réparade.

Je vous en remercie par avance du fond du coeur.


Chers lecteurs, je vous invites a soutenir Olivier Bonnet, financièrement selon vos moyens et en faisant connaître son site a vos contacts, voir même en achetant son livre c'est le prix a payer pour la liberté d'expression, la répression médiatique que subit Plume de Presse et bien une reprise en main du pouvoir politique et judiciaire, faire taire toutes les voix discordantes du blabla de l'establishment est le but ultime de ce procès, Michel Igonet

  Lire le commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 29-09-2009 à 14h02

 Sarkozy, what else ? Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

L’Express revient cette semaine sur les mises en scène sarkozyenne. Il y a d’abord la forme, comme son intervention à Versailles devant le Parlement réuni en Congrès, trois semaines après les élections européennes, ou ses visites de « terrain » où l’on découvre des figurants castés pour leur petite taille. Quand il se rend à Bordeaux pour déjeuner ensuite avec Alain Juppé dans un restaurant de la ville, on apprend qu’il a fait apporter son percolateur de café personnel. Dans chaque usine, école ou établissement visité, la mise en scène se répète : il est tantôt assis au milieu d’une assistance placide. Quand il veut faire « proche du peuple », il préfère la station debout, sur une estrade montée à cet effet.

Il y a aussi le fond, comme sa recherche permanente du « meilleur bouc-émissaire » : le délinquant récidiviste et/ou jeune à l’été 2007, les sans-papiers à l’automne, les cheminots lors de la réforme des régimes spéciaux, les enseignants lors de la mise en place du service minimum en milieu scolaire, les fraudeurs à l’assurance chômage ou maladie au printemps 2008, les traders quand la crise boursière éclate en septembre, les banquiers, cet été, quand la BNP annonce son milliards d’euros de bonus. A chaque instant, Sarkozy cherche l’ennemi de l’intérieur le plus adéquat, celui qui catalysera le mieux le ressentiment populaire.

Deuxième axe, la maîtrise de l’agenda. Sa politique économique est objectivement antisociale, même si la crise en a atténué les effets. Mais Sarkozy occupe le terrain pour divers vacarmes : les statistiques du bonheur, le Grenelle de la Mer, de la Pêche ou de la presse. Les médias se tournent vers ces distractions comme des moucherons vers la lumière.

Tactiquement, Sarkozy ne cherche pas le débat mais la déstabilisation permanente de l’opposition. Et il y parvient plutôt bien. « Je ne joue pas la division de l'adversaire, je joue la démobilisation » aurait-il confié à des responsables de l’UMP au lendemain des élections européennes. L’objectif est connu, et rabâché : obtenir le plus gros score au premier tour de l’élection présidentielle.

Quelle réponse de l’opposition ?
Face à ce démiurge, l’opposition s’adapte mal : elle se déchire, comme ces débats sans fin sur l’alliance à gauche ou avec le Modem ; certains de ses leaders, souvent vieillissants, toujours marginaux, acceptent des strapontins dans divers secrétariats d’Etat, commissions d’études ou tables rondes. Ses participants n’y voient que du feu, incapable de distinguer l’essentiel – la politique générale qui est menée – de l’accessoire. Quelques axes de riposte sont pourtant à portée de main. Primo, dénoncer le ridicule de l’attitude présidentielle. Deuxio, souligner son incompétence. Sarkozy n’applique pas son programme, ses promesses ne sont pas tenues, et, quand elles le sont, les résultats ne sont pas là. Ce Monarque a dégradé les comptes publics plus fortement que la crise ne le laissait prévoir. On ne compte plus non plus le nombre de projets qu’il a politiquement mal géré : les tests ADN, Hadopi, la taxe carbone, l'Iran, les prisons, le RSA, le paquet fiscal, etc.

Sa diplomatie est indigeste, indigne ou dangereuse. Alors qu’une nouvelle administration américaine affichait sa volonté de dialogue lucide, ferme et apaisée, Sarkozy est en passe de réussir à placer la France comme le nouvel épouvantail des terroristes de la planète, et ce, sans les honneurs d’une politique étrangère humaniste respectueuse des droits de l’homme. Regardez l’exemple de Clotilde Reiss, toujours emprisonnée dans l’ambassade de France à Téhéran. La France a payé l’inconséquence verbale de son président.

Enfin, la déstabilisation de l’adversaire de l’Elysée passe aussi par deux disciplines complémentaires : harceler et taire les divisions. L’opposition, et c’est normal, cherche à départager ses futurs concurrents pour le prochain premier tour de l’élection présidentielle.

Il lui restera à consacrer cette énergie à tacler régulièrement, quotidiennement, infailliblement le Monarque.

sarkofrance.blogspot.com

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 28-09-2009 à 03h55

  Calais : Le film "cool" d'Eric Besson Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 28-09-2009 à 03h51

 LBO : la nouvelle bombe qui menace l’emploi Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Un an après le début de la crise la spéculation revient en force, alimentée par les fonds que les Etats ont octroyés au système financier. Système à ce jour inchangé et qui menace les salariés de 5.000 entreprises françaises ayant fait l’objet d’un "Leverage Buy Out".

(...) Les marchés boursiers sont en hausse alors que l’activité réelle n’a pas repris et que le chômage continue d'augmenter. N’oublions pas que 200.000 emplois industriels ont été supprimés en France depuis un an. Pourtant, le CAC 40 a repris 55% depuis son plancher de mars 2009. Cette valeur financière ne correspond à aucune nouvelle valeur réelle créée puisque, sur la même période, le PIB français a baissé de 1,2%. (...) L’Etat a versé 21 milliards d’aides publiques en capital aux banques françaises. Dans le même temps, la France a connu une restriction historique du crédit aux particuliers et aux PME. Selon la Banque de France, l’encours des crédits aux entreprises a baissé pour la première fois depuis 10 ans en juillet 2009. Cette baisse historique concerne aussi bien les crédits d’investissements que les crédits de trésorerie. Et le même mois, les défaillances d’entreprises ont augmenté de 18% !

Les banques françaises ont pourtant recommencé à dégager des profits dès le 1er semestre 2009. Cela signifie qu’elles ont utilisé les aides publiques pour investir sur les marchés financiers plutôt que pour financer l’économie.

(...) Ainsi on voit comment, par tous les aspects, le système se montre absolument incapable non seulement d’affronter les conséquences de ses pratiques mais seulement de les corriger. Le danger d’emballement tient à la convergence des facteurs qui peuvent effondrer le système. Ainsi, la financiarisation de l’économie réelle.

Je parle des LBO. Technique d’achat de société où l’acheteur s’endette à 80% du prix d’achat et se rembourse en dépeçant l’entreprise achetée. C’est à présent la nouvelle bombe qui menace l’industrie et les banques. En effet, cette merveille de bidouillage de rapace est doublement explosive : il gonfle la masse de créances à risques dans l’économie et fragilise les entreprises ainsi rachetées par une gestion à court terme qui vise juste à aspirer leur trésorerie.

Or, depuis 4 ans, le marché des LBO a triplé en Europe : 140 milliards d’euros de prêts ont encore été accordés en LBO par les banques en 2007, dont 20 milliards en France. Autant dire que le crédit n’est pas rare pour tout le monde. Avec le retournement de l’activité, une grande partie du système des LBO est menacé d’effondrement. A la fin 2008, 70% des sociétés sous LBO ne respectaient pas leurs clauses de prêts auprès des banques.

Continental en est un exemple annonciateur. C’est à cause du rachat en LBO, grace à 16 milliards d’emprunts de Continental par le groupe Schaefler, 3 fois plus petit que lui, que l’entreprise est aujourd’hui liquidée... Alors qu’elle est bénéficiaire, notamment dans sa branche pneu dont fait partie l’usine de Clairoix.

Aucune leçon n’est pour l’instant tirée pour stopper ces mécanismes destructeurs. Au contraire, c’est justement à un fond LBO - le fond américain HIG - que le gouvernement a confié la reprise de l’usine Molex de Villemur sur Tarn. Tout cela n’a rien de marginal. Il s’agit d’un risque majeur pour la France.

Dans notre pays, près de 5.000 entreprises, aussi diverses qu’il est possible de l’être, comme Picard et Arena ou Télé Diffusion de France, et plus de 1,5 millions d’emplois sont aujourd’hui sous LBO. Cela représente une masse d’emplois égale à celle du total des entreprises du CAC 40 !

Ce n’est pas tout. A ce risque d’implosion locale s’ajoute le risque importé du fait des engagements des banques françaises sur l’étranger. Les banques françaises sont aussi lourdement exposées au niveau mondial : 8,9 milliards d’euros pour BNP Paribas, 6,5 milliards pour le Crédit agricole, 6,2 milliards pour Natixis et 5,6 milliards pour la Société générale.

Je n’en reste là pour que limiter vos cauchemars. Sachez seulement que le scénario latino américain, celui d’une transition provoquée par l’auto blocage du système, est inscrit dans ce que je viens de décrire.

Jean-Luc Mélenchon - www.jean-luc-melenchon.fr

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 28-09-2009 à 03h46


|<< <<<  10   11   12   13   14  | 15 |  16   17   18   19   20   21  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 16-04-2006 à 08h39 | Mis à jour le 02-05-2010 à 02h38 | Note : 8.26/10